Présidence du Conseil de Surveillance Centre Hospitalier Fernand Lafont – 15/10/2020

 Le 15 octobre 2020

Conseil de Surveillance du

Centre Hospitalier Fernand Lafont

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les présidents et directeurs,

Mesdames, Messieurs les responsables,

Mesdames, Messieurs les membres associés

Je vous remercie pour votre confiance, comme je l’ai écrit pour l’ensemble du personnel, les responsables et la communauté médicale, 44,5 ans passés dans les services ne s’oublient pas.

Je réaffirme que malgré l’évolution technocratique de la santé et de la médecine jusque dans nos établissements, nous avons su, ensemble, garder ce qui mérite d’être le plus reconnu, le soin, l’échange dans la fraternité hospitalière.

Demain sera sans doute plus complexe pour faire évoluer cette pesanteur technocratique et répondre aux besoins de nos établissements et de notre population.

Je suis très heureux de travailler, avec la communauté médicale, auprès de Madame la Directrice déléguée.

Avec le consentement de mes confrères, je vais donc franchir une nouvelle étape, changer de fonction.

Prenant en compte l’avenir de notre hôpital, j’ai décidé, en tant qu’élu local, de me présenter à la Présidence du Conseil de Surveillance.

La dégradation inquiétante de la politique de santé pose un problème, qui nous dépasse ici, individuellement et collectivement, mais nous devons nous associer pour construire et défendre ce qui est indispensable à notre territoire.

L’hypercentralisation et l’hyperadministratisation nous handicapent, nous essayons de faire… malgré tout.

Je ne vous parle pas aujourd’hui du Ségur de la santé !!! « Des sous, de la dette, sans réforme de fond ».

Dans cet état, sans gestion véritable des crises, il nous faudra préparer l’avenir en amont, en fonction de nos besoins…

Madame la directrice déléguée, vous avez eu des résultats que je salue cet après-midi :

  • Nouvelle organisation des carrières des agents
  • Les primes « COVID »
  • Des relations apaisées avec le Centre Hospitalier de Valence
  • L’hôpital de jour
  • Des consultations spécialisées plus nombreuses
  • Des instances en ordre de marche
  • Une meilleure communication

C’est un travail important. Je vous en remercie.

Le conseil de surveillance n’est pas l’instance, je vous l’ai déjà dit, la meilleure pour la gestion des hôpitaux, notamment locaux, je suis un fervent défenseur des « conseils d’administration » (qui sont réapparus, mais de façon très éphémère, avant le Ségur de la santé, je doute de la réforme, vu le centralisme actuel… !!!)

Mais Madame la directrice, vous avez su mettre autour de la table, notamment pendant l’épidémie, tous les responsables médicaux et paramédicaux. J’en dis un mot :

Je salue aujourd’hui le travail des responsables de l’AMB (et ce fameux challenge en passe d’être gagné par rapport à beaucoup d’autres territoires, de l’accueil des internes…)

Le futur CPTS, sans découragement, car il faut toujours du temps pour asseoir ce genre d’associations et de périmètre.

Je n’oublie pas la CME, présidée de longue date par mon confrère Dr Pierre SAUZET, structure éminemment « lourde » mais qui a le mérite de vivre dans notre établissement.

(Une remarque, qui me paraît essentielle, arrêtons de demander aux médecins de s’investir dans toutes « ces commissions » décidées administrativement mais qui leur font perdre un temps considérable loin de la fonction qu’ils occupent dans la société, celle de « soigner » …)

L’hôpital, sous votre direction, est en passe de devenir enfin opérationnel.

Pour l’avenir, je tiens à vous faire part de mes remarques :

  • La première, c’est que les collectivités territoriales veulent (à l’unanimité des associations d’élus) reprendre « la main dans nos hôpitaux ».

Pourquoi, parce que la santé est au cœur de toute la politique locale. Leur rôle est irremplaçable (d’où ma demande du rétablissement des « conseils d’administration » : dialogue réel d’échange et non convenu administrativement, entre l’administration, les médecins, les élus et le personnel…).

Pour les territoires ruraux, que j’ai l’honneur de représenter aujourd’hui, la santé est une priorité, c’est une offre indispensable pour le combat qu’ils mènent contre la métropolisation mise en place depuis plusieurs années. Et ce combat doit être gagné pour nos populations.

Les offres de proximité (services publics, services aux publics, économie, sport, culture, social, eau-assainissement…) doivent être exemplaires, pour la survie de nos contrées. La santé est un maillon indispensable.

  • Je rajoute que contrairement à ce que l’on entend, la compétition entre les territoires, et leurs établissements, est toujours d’actualité.

J’ai bien lu l’interview de la nouvelle directrice du Centre Hospitalier de Privas : à juste titre elle est venue pour gagner… il faut le savoir (et je veux remercier Madame la directrice déléguée, d’avoir déjà planter jalon : St Martin, St Pierreville, Marcols, St Sauveur… Cela permet d’avoir un périmètre élargi et indispensable pour la survie, en collaboration avec le Centre Hospitalier de Valence).

Et je poursuis, le Centre Hospitalier du Cheylard, dans ce contexte, doit poursuivre son amélioration, avec un agenda précis, mais serré (nous connaissons tous l’état des finances de l’Etat français !!!)

Et, et de plus, le MODERNISER, très rapidement :

  • Vous êtes en train de le faire avec les consultations avancées
  • Il le faut pour l’imagerie : scanner. Nous ne pouvons pas attendre l’agenda de l’ARS (je sais par ailleurs qu’un scanner peut être implanté plus rapidement au Centre Hospitalier de Moze !! Ne nous laissons pas déborder).

Je rajouterais quelques autres idées, il est de bon aloi d’être terrain de stage… vous remplissez ce rôle à merveille, mais d’autres projets sont en route, il faut poursuivre et développer les stages d’internes, d’infirmières en pratiques avancées, etc… car c’est là que se joue l’avenir de notre établissement dans son territoire.

(Remarque : pour le scanner, vous avez sanctuarisé le leg, bien, mais vous et nous pouvons aussi peut-être aller plus loin pour sensibiliser l’ARS, pourquoi pas : lancer un appel aux dons (entreprises, par l’intermédiaire du comité de développement économique de Val’Eyrieux, et des particuliers).)

Vous pouvez, et vous le savez Madame la directrice, jouer du partenariat avec le CCAS du Cheylard (tablettes, animations…) mais également avec le CIAS de Val’Eyrieux.

Tout ceci vous permet de vous connecter aux structures existantes de ce périmètre, sans oublier le travail énorme réalisé par l’entreprise TMM (de Guilherand) (et pourquoi pas le dossier médical).

Enfin, un détail non négligeable, la communication est essentielle actuellement (bulletin, flyer…), nous pourrons mettre à disposition le site de la Mairie, votre propre site (voir avec le LaboVE et les « simploniens »).

Je vous remercie pour votre écoute, et serai bien entendu à disposition pour élargir le champ de compétences et la réalité de notre établissement.

Dr Jacques Chabal

Maire du Cheylard

Président de la Communauté de communes Val’Eyrieux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s